· 

Ecosphère Tome 1 Le Laboratoire englouti

Titre : Écosphère Tome 1 Le Laboratoire englouti

Auteur : Chlodion Gossart

Genre : steampunk, science-fantasy

Nombre de pages : 55

Prix : 2,99 € (ebook uniquement, pour les épisodes à l'unité. Une intégrale version papier sera proposée ultérieurement)


Écosphère est une série, composée de plusieurs novellas

(romans courts, ou longues nouvelles, si vous préférez).


Résumé

Dans un monde où les humains naissent avec une Affinité, la marque donnant le pouvoir de maîtriser l’un des quatre éléments naturels, Arane grandit privée de ce don.

 

Malgré les tabous qui entourent l’usage de la technologie, l’adolescente s’est réfugiée dans la conception de machines pour tenter de combler son handicap ; jusqu’au jour où elle hérite d’un orbe capable de contrôler la nature : l’Écosphère.

 

S’enclenche alors une course contre la montre où Arane devra retrouver la trace du Programme Jénius, une intelligence artificielle autrefois scellée dans un cube numérique, pour tenter d’empêcher l’avènement d’un nouveau monde. Un monde où humains et machines ne feraient plus qu’un.

Mon avis

Ce premier tome nous offre un aperçu du monde d’Exelior, un univers steampunk complexe, riche et bien pensé. Le système de magie, basé sur les quatre éléments, est original, car chaque habitant humain de ce monde — ou presque ! — possède un don magique. Ici, c’est donc la magie qui est la norme. Et puisque cette magie consiste à maîtriser une part de la nature, on devine un message écologique, ce qui m’a beaucoup plu. La technologie prend une place cruciale dans l’histoire, ce qui fait que cet univers appartient également à la science-fantasy.

Le bestiaire, que l’on entrevoit, met l’eau à la bouche, et renforce l’aspect « uchronie », déjà assumé par l’ambiance steampunk. (Si vous aimez les grosses bêtes avec des ailes, vous allez être servis ! Et non ! Ce ne sont pas des dragons !…)

 

Les personnages sont inattendus : ils sortent des carcans usuels, et ça fait du bien ! La façon dont le personnage principal rejette sa propre différence est intéressante. On voit le problème sous un angle inhabituel : comment les dominés intègrent les valeurs des dominants, même si cela les détruit. C’est LE problème de ceux qui sont différents, ou méprisés en raison de leur sexe, âge, origines, etc., et c’est très important de le mettre en lumière.

 

Le style m’a un peu moins plu. Je l’ai trouvé un peu trop simple, presque « jeunesse » par moments, ce qui était peut-être voulu. Néanmoins, ça permet au livre de toucher un public plus large, d’être accessible à tous. D’autant plus que la narration est rapide, et ne s’encombre pas de détails superflus, ce qui est appréciable, car ça laisse au lecteur la liberté d’imaginer comme il le souhaite.

 

L’histoire évite les schémas trop classiques, trop usés, ce qui est un plus. Elle contient assez de surprises, de rebondissements inattendus pour être captivante.

 

Ce premier épisode d’Écosphère donne vraiment envie d’en découvrir davantage sur l’univers d’Exelior !


Écrire commentaire

Commentaires: 0