· 

La Vengeance sans nom

Autrice : Jeanne Sélène

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 250

Autoédition

Prix : Papier : 14 € Numérique : 2,99 €

Résumé quatrième de couverture :

Le monde d’Astheval disparaît peu à peu sous les assauts d’une étrange entité. Lorsque la créature s’attaque à son peuple, la jeune elfe Sylvéa décide de partir à sa recherche en quête de vengeance. Pour cela, elle devra quitter sa contrée et voyager en direction du pays des hommes…

 

 

Mon avis :

Dans ce roman, j’ai redécouvert l’univers d’Astheval, à la fois riche, original et poétique, qui m’avait tant plu dans la trilogie Balade avec les astres. Des animaux et des êtres légendaires inventés par l’autrice côtoient ceux que l’on trouve habituellement dans les romans de fantasy, et que l’on aime tant retrouver. La magie est très belle et bien pensée. Des termes propres à cet univers sont utilisés pour désigner les unités de mesure du temps et de l’espace. Pour vous familiariser avec, n’hésitez pas à jeter un œil au blogue de l’autrice. Ici, l’histoire se situe bien avant la trilogie, elle peut donc se lire indépendamment de celle-ci.

 

Dans La Vengeance sans nom, Astheval se retrouve en proie à une étrange malédiction : les astres n’existent plus, le jour se lève et se couche d’un seul coup, sans que personne ne comprenne d’où provient la lumière. Partout, l’Ombre maléfique, responsable de cette malédiction, étend son pouvoir. Les elfes, se sentant peu concernés par les soucis du monde, vivent paisiblement dans leur Falsp, comme si rien ne pouvait jamais obscurcir leur bonheur. Un jour pourtant, un terrible malheur viendra s’abattre sur eux, et la jeune Sylvéa devra parcourir le monde, en quête de vengeance. L’histoire est très bien ficelée, captivante, profonde et complexe, mais facile à suivre. Elle aborde les thèmes du conformisme dans toute sa lâcheté, de la détermination absolue, du courage... Je pense que ce roman pourrait également convenir à un public plus jeune, même s’il a été écrit pour des adultes. J’ai cependant été un peu déconcertée par la survenue d’un mythe tant de fois vu et revu dans un roman si original, mais c’est un mythe que j’aime beaucoup et qui n’intervient que peu dans le récit, ce n’est donc pas si gênant.

 

Pour ce qui est du style, j’ai constaté un progrès depuis Balade avec les astres. Ici, point de longueurs, la narration va à l’essentiel. Deux histoires nous sont racontées en parallèle, ce qui ajoute du piment à la lecture et nous tient en haleine. C’est selon moi le « coup de génie » de ce roman.

 

Les personnages sont crédibles, faciles à visualiser, et l’on aime suivre leur évolution.

 

En résumé, La Vengeance sans nom est un très bon roman de fantasy, qui se lit facilement et vous donnera envie de retourner bien vite dans le monde d’Astheval !


Cette lecture compte pour le défi du blogue Monde Fantasy, "Printemps de l'Imaginaire Francophone".

Pour en savoir plus sur ce défi, c'est par ici !

 

Avec La Vengeance sans nom, je remporte les défis suivants :

  • Lire un livre auto-édité
  • Lire un récit avec une héroïne

Écrire commentaire

Commentaires: 0